Qu’est-ce que l’incapacité de travail ?

On parle d’incapacité de travail lorsque le travailleur ne peut plus exercer son activité professionnelle en raison d’une maladie, d’un accident un congé de maternité et que sa capacité à gagner un revenu du travail est réduite de deux tiers.

Cela peut durer quelques semaines, quelques mois, voire plus longtemps. Au début de l'incapacité de travail, le patient percevra encore le salaire garanti de son employeur. La période de salaire garanti est de 14 jours pour les ouvriers et de 30 jours pour les employés. Après ce délai, la mutualité prend le relais pour payer un revenu de remplacement, ce que l’on nomme communément, les "indemnités".

Le travailleur peut également être reconnu en incapacité de travail s'il ne travaille pas et qu'il est au chômage ou indépendant. 

Consultez ici des FAQs sur l'incapacité de travail 

Votre patient est prêt à reprendre une activité professionnelle ?

Votre patient est en incapacité de travail, maisil se sent capable de reprendre une activité professionnelle, à temps partiel ou plus modérée que celle exercée précédemment ? La première chose à faire est d’en parler ensemeble, avec le médecin traitant ou le médecin-conseil. La reprise du travail peut en effet être facilitée par l’aménagement des conditions de travail. 

Pour aider au mieux votre patient, découvrez ici une liste de FAQs ainsi qu'une brochure avec des explications approfondies.   

Reprise du travail à temps partiel

Lorsque votre patient est en incapacité de travail, il a la possibilité de reprendre le travail à temps partiel, c’est-à-dire en adaptant ses horaires. La demande doit être faite auprès du médecin-conseil.

Reprendre le travail à temps partiel peut s’avérer une solution avantageuse du point de vue financier, puisque les indemnités ne seront pas forcément diminuées.

Pour en savoir plus sur la reprise du travail à temps pareil, lisez nos FAQs ou consultez notre dépliant "Icône PDFJe veux reprendre le travail à temps partiel".

Réintégration professionnelle

Au plus tard 2 mois après que votre patient a obtenu la reconnaissance d’incapacité de travail, le médecin-conseil effectue une évaluation de son dossier médical afin de déterminer si un trajet de réintégration professionnelle est pertinent dans son cas. Que cela signifie-t-il concrètement? 

  • Si le patient et le médecin-conseil sont d’accord pour qu’une demande de trajet de réintégration soit introduite, ce dernier informera le conseiller en prévention/médecin du travail de l'employeur.
  • Celui-ci procèdera alors à un examen de réintégration et à une évaluation de réintégration. Cela signifie qu’il réunira toutes les informations possibles pour déterminer quels aménagements de travail peuvent convenir le mieux à la situation spécifique du travailleur en arrêt.
  • Quels aménagements de travail peuvent être entrepris ?
    • Adapter l’organisation du travail
    • Adapter le poste de travail
    • Se faire accompagner
    • Suivre une formation au sein de l’organisation

Pour en savoir plus sur la réintégration professionnelle, lisez nos FAQs ou consultez notre brochure "Icône PDFReprendre le travail pendant une période d’incapacité"

Quel est le rôle du médecin-conseil ?

C’est le médecin-conseil qui évalue si le patient remplit les conditions médicales d’incapacité de travail. Il vérifie aussi s’il a droit ou non  à une intervention pour un traitement, un médicament ou une prestation médicale. De plus, il coordonne les efforts pour rendre possible le retour au travail.

La brochure "Icône PDFLe médecin-conseil de votre mutualité" décrit en détail les missions et responsabilités du médecin-conseil. 

A lire aussi