18/03/2022

L'OCDE montre qu'en Belgique, les besoins non satisfaits en matière de soins bucco-dentaires sont relativement élevés chez les personnes à faible revenu par rapport aux personnes à revenu élevé : 11 % des personnes au revenu le plus bas ont déclaré des besoins non satisfaits en matière de soins bucco-dentaires pour des raisons financières, de distance ou de temps d'attente en 2017, contre seulement 0,4 % des personnes au revenu le plus élevé.

Début 2021, les Mutualités Libres ont mené une enquête sur l'utilisation et la non-utilisation des services de soins de santé remboursés parmi leurs membres. Au lieu de se centrer sur l’utilisation ou la non utilisation de soins, le focus a été mis sur les personnes au comportement préventif ou non préventif pour leur santé dentaire. L’association entre comportement préventif ou non préventif a ensuite été associé avec d’autres questions de cette même enquête.

Que faut-il retenir ?

  • Un répondant sur 4 (24,3%) ne se rend pas de manière préventive (chaque année) chez le dentiste.
  • 21,2% déclarent se rendre chez le dentiste uniquement en cas de problème. 3,1% ne s’y rendent même pas dans cette situation.
  • Deux personnes sur 3 (67,9%) déclarent se rendre minimum une fois par an chez le dentiste (17,4% plusieurs fois par an et 50,5% une fois par an).
  • Ce sont surtout les personnes vivant seules, les hommes qui ne se rendent pas préventivement chez un prestataire soins et donc chez le dentiste. Les personnes en situation financière difficile déclarent également retarder la visite chez le dentiste.

Nos recommandations pour les autorités

  • Renforcer la littératie en santé en communiquant spécifiquement aux groupe cibles les plus fragiles sur l’importance de la prévention et de l’impact de la santé buccale sur la santé globale. Les autorités doivent porter ce message et s’appuyer sur les organisations de la société civile. Les mutualités s’inscrivent dans ce mouvement en informant leurs membres.
  • La profession d'hygiéniste bucco-dentaire est une nouvelle profession reconnue des soins de santé. Les soins dentaires, principalement préventifs, des hygiénistes bucco-dentaires sont accessibles. Toutefois, ils ne sont pas reconnus comme prestaire indépendant bénéficiant du système de remboursement de soins et ils exercent seulement au sein d’un cabinet dentaire. Les Mutualités Libres plaident dès lors pour un remboursement des soins préventifs délivrés par des hygiénistes bucco-dentaires indépendants.