Les médecins généralistes ont la particularité d'accompagner leurs patients sur la durée, à chacune de leurs phases de vie. Le médecin généraliste connaît son patient dans son contexte : où il vit, dans quel type de logement, avec quelles conditions de vie et quelle qualité de conditions de travail. Il connaît aussi les soucis de santé propres à chacun de ses patients. Le médecin généraliste est donc, selon le Dr Jean Pauluis, un acteur essentiel pour aider les personnes à prendre conscience de l'influence de l'environnement sur la santé. Voilà 4 conseils pour ces professionnels de la santé.

1 Être attentif à la période entourant la grossesse

"Il faut particulièrement faire attention à tous les moments qui entourent la naissance, dès la période pré-conceptionnelle et pendant la grossesse. Une vigilance particulière est nécessaire en ce qui concerne l'exposition aux perturbateurs endocriniens des femmes enceintes, des bébés et des enfants. Les 1.000 premiers jours suivant la conception d’un enfant sont cruciaux. Les effets sont parfois visibles 20, 30 ans après une première exposition, même légère."

2 Être capable de reconnaitre une plainte familiale

"Il faut réagir quand plusieurs membres d'une même famille partagent les mêmes plaintes. La fatigue, les maux de tête, les vertiges sont des symptômes flous mais ils peuvent aussi être des signaux d'une pollution liée à l'habitat. Surtout dans les milieux précaires où on peut trouver des lieux de vie de mauvaise qualité, par exemple, présentant de la moisissure. Le médecin généraliste doit être capable de faire le lien entre ces deux éléments."

3 Tenir compte du droit à l'information du patient

"L'article 7 de la Loi sur les Droits des Patients précise que le patient a droit, de la part du médecin, à toute information susceptible de lui faire comprendre son état de santé et son évolution probable. En effet l'évolution probable de l'état de santé d'un patient dépend aussi de son exposition environnementale. Il y a donc cette obligation légale de communiquer le risque. On ne peut tout simplement pas se réfugier derrière un peu d'incertitude pour ne pas dire la vérité au patient."

4 Adapter son discours à l'état des connaissances du patient

"Rendre une situation scientifiquement complexe compréhensible pour le patient. Le médecin est responsable de la transmission d'une information avec des termes simples et un accompagnement dans la durée du patient, en fonction de sa langue et de son niveau d'éducation, entre autres. Cela induit l'obligation pour le médecin de se former de manière continue sur ces questions de Santé Environnementale mais aussi sur ses capacités de communication."

A lire aussi