21/10/2021
Grâce aux mesures de prévention et d'hygiène contre la Covid-19, il y a eu peu de cas de grippe cette année. Les autres années, le virus de la grippe touche facilement 500.000 Belges. Ce virus est également à l'origine de nombreuses maladies et même de décès à l’échelle mondiale. Que pouvons-nous faire pour contenir le virus de la grippe dans les années à venir ? Le Dr Dirk Avonts, médecin généraliste, donne quelques mots d’explication.

Normalement, chaque année le virus de la grippe touche 500.000 personnes en Belgique. Cela représente environ 8 % des Belges. La grippe provoque chaque année jusqu'à 5 millions d'infections graves et 500.000 décès dans le monde. Il n'y a donc aucun doute : le virus de la grippe ou influenza est un virus très contagieux qui peut provoquer des infections graves à grande échelle. En parlant, en éternuant ou en toussant, le virus de la grippe peut se propager rapidement. Les symptômes les plus courants de la grippe sont des frissons, des maux de tête, des douleurs musculaires intenses, de la fatigue et une (forte) fièvre. Cela ressemble à un rhume, mais c'est bien pire. La fièvre peut atteindre 39°C ou plus en 12 heures et dure généralement de 3 à 5 jours. La guérison complète prend 1 à 3 semaines.

Vaccination en échange d'années de vie en bonne santé

Le vaccin contre la grippe est un médicament préventif qui est administré entre octobre et décembre pour que l'organisme apprenne à réagir au virus et à produire des anticorps. Cette protection réduit les risques d'infection et vous permet d'être moins gravement malade si vous êtes infecté. Ceci est particulièrement important pour les personnes âgées et les groupes vulnérables. "Un accident de la route, une infection... dans tout ce que vivent les personnes âgées ou vulnérables, leur survie ou non dépend de leur bonne constitution", explique le docteur Dirk Avonts, médecin généraliste et rédacteur en chef du magazine médico-scientifique Huisarts Nu. "Une personne de 85 ans qui attrape la grippe peut en mourir. Donc si vous pouvez empêcher cette personne de contracter la grippe grâce à la vaccination, elle pourra encore vivre 10 ans en bonne santé."

L'importance de la vaccination annuelle

La grippe est cyclique et de nouveaux variants apparaissent chaque année. "Imaginons qu’une épidémie de grippe apparaisse dans l'hémisphère sud (Afrique du Sud, Amérique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande et Asie du Sud-Est) en juin", explique le Dr Avonts. "En raison d’une multiplication et d’une dissémination intenses, un nouveau variant émerge et arrive ensuite chez nous en janvier. Après de longues recherches, nous sommes parvenus à prédire quel variant émergera chez nous. Un nouveau vaccin est alors développé sur cette base. Le vaccin contre la grippe est donc différent chaque année, mais il est fabriqué selon les mêmes principes. Une fois que vous avez été vacciné contre la grippe, vous conservez une petite protection pour l'année suivante. Mais étant donné qu’il s'agira d'un autre variant, une nouvelle vaccination sera nécessaire. Une vaccination annuelle contre la grippe est donc importante !"

Immunité de groupe

Tout le monde peut être touché par la grippe, mais le degré de la maladie varie d'une personne à l'autre. Il est frappant de constater que les enfants qui attrapent la grippe en souffrent moins, alors que les personnes âgées peuvent tomber gravement malades : 90 % des décès concernent des personnes de plus de 65 ans. Il est donc important de vacciner les personnes âgées et les plus vulnérables. Le vaccin contre la grippe offre une efficacité de 70 % contre le virus. "Il est donc important que les personnes qui sont en contact étroit avec le groupe vulnérable se fassent également vacciner", précise le Dr Avonts. "Les personnes plus jeunes et moins vulnérables sont protégées entre 80 % et 90 % contre le virus de la grippe. Cette immunité de groupe permet de protéger un plus grand groupe de personnes vulnérables."

Masques buccaux contre le virus de la grippe

Mais nous ne devons pas attendre qu'un vaccin nous protège de la grippe. Nous pouvons également prendre nous-mêmes des mesures pour réduire la propagation. "Les mesures visant à stopper la propagation du coronavirus sont en fait très utiles contre la grippe également", déclare le Dr Avonts. "Trop peu de gens y pensent ! L'enregistrement permanent des maladies infectieuses par les médecins généralistes permet d'indiquer quand "la grippe est dans le pays", généralement à partir de la fin janvier. Alors pourquoi ne pas recommander les masques buccaux dans les supermarchés et dans les transports en commun à partir de janvier ? De cette façon, nous pourrions déjà prendre des mesures, avant même l’apparition du premier foyer. Pour ces mesures, les personnes ne devraient pas limiter leurs contacts, si elles ne présentent pas de symptômes."

Le coronavirus n'est pas le virus de la grippe

Nous sommes désormais massivement vaccinés contre le corona, mais cela ne signifie pas que nous sommes protégés contre la grippe. "Chaque vaccin est très spécifique", précise le Dr Avonts. "Le coronavirus et le virus de la grippe peuvent présenter les mêmes symptômes, mais ils sont aussi différents que la rougeole de la polio. Ce sont deux maladies différentes, qui n'ont rien à voir l'une avec l'autre. Donc une vaccination contre l'une ne protège pas contre l'autre. Mais la vaccination prend tout son sens dans les deux cas, même lorsque l'on entend parler d'effets secondaires. "Même avec le vaccin contre la grippe, des effets secondaires sont possibles, comme une légère fièvre et un durcissement ou une rougeur à l'endroit de l'injection. Mais par rapport à la grippe, ce sont des symptômes bénins qui disparaissent spontanément après quelques jours."