07/09/2020
Ce 7 septembre, les Nations Unies organisent le  “International Day of Clean Air for blue skies”. Avec cette journée, l'ONU souhaite sensibiliser le grand public à la pollution de l'air et à la nécessité d'une politique forte pour améliorer la qualité de l'air et donc la santé dans nos villes.
International Day of Clean Air for blue skies

Health and Environment Alliance (HEAL) lance aujourd'hui une campagne de sensibilisation dans 15 villes européennes pour appeler les différents gouvernements à travailler sur des politiques efficaces pour lutter contre la pollution de l'air dans les villes. Les Mutualités Libres ont accepté cet appel. Selon Xavier Brenez, directeur général des Mutualités Libres, la qualité de l'air est aussi une priorité pour Bruxelles: "Bruxelles doit continuer à travailler sur une politique respectueuse de l'environnement. Une meilleure qualité de l'air est cruciale pour notre santé et la qualité de vie en ville. Plus de pistes cyclables et plus d'espaces verts dans la ville motiveront aussi les gens à bouger plus et mieux!».

Réduire l'impact de la pollution environnementale sur notre santé, c'était déjà une des priorités des Mutualités Libres en 2019 dans leurs 10 priorités de santé publique. Un des objectifs est de réduire de 50% les décès prématurés dus à la mauvaise qualité de l'air d'ici 2040. En effet, chaque année, 400.000 personnes meurent prématurément en Europe en raison de la pollution de l'air.

L'Europe a un rôle important à jouer dans la résolution de ce problème de santé publique, mais les gouvernements nationaux et les villes elles-mêmes peuvent aussi prendre des mesures pour améliorer la qualité de l'air dans les villes. Les bases d'une meilleure qualité de l'air dans des villes comme Bruxelles sont les suivantes :

  • Des villes réservées aux gens, pas aux voitures : rendre les villes et les espaces publics aux habitants - la réduction du trafic et de l'utilisation de la voiture améliorera la santé, la productivité, l'habitabilité urbaine et l'économie.
  • Marche et vélo : donner plus d'espace aux piétons et aux cyclistes. Avec un bénéfice direct  pour la santé grâce à l'activité physique et une réduction de la pollution.
  • Transports publics : la ville saine de demain a besoin de transports publics fiables, abordables et durables.
  • Espaces verts : les espaces verts urbains peuvent améliorer la santé mentale et physique et réduire la morbidité et la mortalité de plusieurs manières. Pour ce faire, les villes doivent agrandir les parcs, les espaces verts et sauvages et permettre à la population de tous âges de se détendre et d'être active.

Plus d'infos :