Le Mémorandum des Mutualités Libres publié en 2019 mentionnait la réduction de l'impact de l'environnement sur notre santé comme l'une des dix grandes priorités pour la politique belge. Diverses propositions avaient été formulées dans cette optique, notamment la nécessité d'une plus grande sensibilisation au sujet des perturbateurs endocriniens et l'interdiction des substances toxiques qui représentent un danger pour notre santé, en particulier pour les groupes de population vulnérables. 

Cette infographie montre en quelques chiffres l’impact de l’environnement sur notre santé. Trouvez aussi ici la Icône PDF version PDF de notre infographie

Impact de l’environnement sur la santé

L’exposition aux particules fines
en suspension dans l’air

est un facteur de risque important pour la
mortalité et la morbidité associées à l’asthme,
aux maladies pulmonaires obstructives
chroniques (MPOC), au cancer du poumon, aux
maladies cardiaques, aux crises cardiaques et aux
accidents vasculaires cérébraux.

13 %
de l'ensemble des décès dans l'UE sont imputables à la pollution de l’environnement. Pour la Belgique, cela représente 12 %, soit 13.286 décès.

LA POLLUTION DE L’AIR
est un facteur environnemental majeur dans l’apparition de maladies.
Elle provoque près de
400.000 décès prématurés par an dans l’UE.

La pollution de l’air
entraîne des pertes économiques et sociales
estimées à près de
600 milliards € par an
dans tous les pays de l’UE.

Grâce à une meilleure qualité de l’air, une diminution de 60.000 décès prématurés
liés à la pollution par particules fines a été enregistrée en 2018 par rapport à 2009, en Europe.

 

Il a été démontré que les politiques et les actions visant à promouvoir la pureté de l’air présentent un triple avantage : pour la santé, pour l’environnement et pour l’économie.

LE BRUIT
constitue le deuxième risque environnemental le plus important.

L’exposition au bruit ambiant
entraîne 12.000 décès prématurés et contribue à l’apparition de 48.000 nouveaux cas de cardiopathies ischémiques.

LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS
 

145.297 substances chimiques
auraient été enregistrées dans l’UE en 2017,
alors que seulement 1 % de celles-ci sont analysées aujourd’hui
quant à leurs propriétés toxicologiques.


Près de 60 % des Belges ignorent
que les perturbateurs endocriniens peuvent
avoir un impact négatif sur leur santé.
Le coût économique
de l’exposition aux perturbateurs
endocriniens est estimé à
163 milliard € par an en Europe.

Consultez les sources ici

A lire aussi