15/04/2019

Bruxelles, le 24 avril. En Belgique, 1 enfant ou jeune sur 5 de moins de 18 ans a droit à l'intervention majorée (BIM)*. A Bruxelles, la proportion est de 4 sur 10. Ce droit à l'intervention majorée est un indicateur clair de vulnérabilité. C'est ce qui ressort des analyses des Mutualités Libres sur la base des données de plus de 500.000 de nos membres âgés de moins de 18 ans. Cela commence déjà lors de la grossesse. Chez les femmes BIM, il est question de médicaments potentiellement dangereux dans 8,8 % des grossesses, contre 6,6 % chez les femmes non-BIM. Avec pour conséquence des risques accrus pour le fœtus...

1 bébé sur 5 n'a pas de pédiatre ni de généraliste

Cette inégalité en matière de santé se poursuit après la naissance du bébé. Dans notre pays, 1 bébé sur 7 ne consulte pas de pédiatre ni de médecin généraliste et dans les familles BIM ou monoparentales, il s’agit même d’1 bébé sur 5. Pourquoi  les bébés issus de familles vulnérables sont-ils si peu nombreux à avoir un médecin de référence ? L'une des explications est que les parents sont plus susceptibles de se rendre aux urgences de l'hôpital. 4 bébés BIM sur 10 sont présentés aux urgences, contre 3 non-BIM sur 10. Chez les enfants et jeunes de moins de 18 ans, il s’agit de 3 BIM sur 10, contre 2 non-BIM sur 10.

2 x plus de risques de caries

A noter également : le lien entre la vulnérabilité socio-économique et les inégalités de santé en matière de soins dentaires. Dans les familles BIM, seuls 44 % des enfants vont chez le dentiste. Et ce, alors que les soins dentaires en Belgique sont entièrement remboursés jusqu’à 18 ans, à l'exception de l'orthodontie. Lorsque les enfants de familles vulnérables se rendent chez le dentiste, c’est généralement pour traiter des caries et moins pour un traitement préventif. Aussi, les enfants âgés de 6 ans sont presque deux fois plus susceptibles d’être traités pour des caries : 24 % contre 12 % pour les enfants de familles non-BIM.

Plus souvent et plus longtemps à l’hôpital

Qu'en est-il des hospitalisations ? Là aussi, il existe des différences considérables entre les bénéficiaires de l'intervention majorée et ceux qui n'y ont pas droit. Les enfants et les jeunes avec BIM jusque 3 ans, finissent 52 % plus souvent à l'hôpital pour une admission classique. Pour une hospitalisation de jour d'enfants et d'adolescents âgés de 3 à 18 ans avec BIM, le pourcentage est 38 % plus élevé. De plus, la durée de séjour des enfants et adolescents avec BIM est également plus longue : 5 jours en moyenne contre 3 jours chez les enfants et ado sans BIM.

Les chiffres récents de notre étude sur la santé sexuelle des jeunes complètent le tableau des inégalités. Pour les jeunes femmes âgées de 14 à 20 ans avec BIM, le risque de grossesse est 3 fois plus élevé : 2,2 %, contre 0,7 % sans BIM. Or, une grossesse précoce implique également des risques pour la santé.

Attention particulière pour les groupes vulnérables

Pour les Mutualités Libres, réduire les inégalités de santé est une priorité. Chaque enfant doit avoir les mêmes chances dès la conception. C’est pourquoi nous plaidons pour mettre en œuvre des mesures plus spécifiques et une attention particulière pour les groupes vulnérables. La prévention et la promotion de la santé ne visent toujours pas suffisamment ces groupes. Des initiatives plus ciblées pour développer leurs compétences en matière de santé** sont également nécessaires pour les enfants et les jeunes, les familles monoparentales, les femmes enceintes,... Ce qui nécessite une approche proactive, locale et transversale, axée sur les besoins spécifiques du patient. 

Plus d’infos ?

* L'intervention majorée est destinée aux personnes et aux familles à faible revenu. Les bénéficiaires paient moins cher les consultations, les médicaments, l’hospitalisation, etc.
** La capacité des personnes à rechercher, comprendre et utiliser des informations sur la santé.