10/05/2019

Bruxelles, le 15 mai. Nous vieillissons tous. En 2017, 18,5 % de la population belge était âgée de 65 ans ou plus, et selon le Bureau fédéral du Plan, ce pourcentage s’élèvera à 24,1 % en 2040. Le groupe des plus de 80 ans doublera aussi d'ici là et représentera 10 % de la population. Ce vieillissement s'accompagne de coûts élevés car les dépenses annuelles en soins de santé de l'assurance maladie obligatoire augmentent avec l'âge : de 1.401 euros en moyenne pour les moins de 65 ans à 4.531 euros pour les 65 à 79 ans et 8.820 euros pour les 80 ans et plus

Impact des maladies chroniques

Elément frappant : l'âge en lui-même n’explique que de façon très limitée les dépenses de santé des personnes âgées. Ce qui joue un rôle important par contre, c'est le fait d'être atteint de maladies chroniques. 1 personne sur 3 âgée de 65 ans ou plus souffre d'au moins 2 maladies chroniques et plus de 1 sur 10 en a au moins 3. Et les plus de 80 ans ? Dans cette catégorie d'âge, 8 personnes sur 10 souffrent d'une maladie chronique, principalement d'hypertension (61,3 %), de dépression (13,9 %) et de diabète (13,6 %). Et les personnes âgées qui présentent des maladies chroniques sont hospitalisées beaucoup plus souvent. En 2017, plus du quart des personnes âgées atteintes de maladies chroniques ont été hospitalisées, contre 1 personne âgée sur 10 n'ayant pas de maladie chronique

Quelles dépenses pour l’assurance maladie ?

Les hospitalisations représentent le poste de dépenses le plus important pour les 65 ans et plus. Elles correspondent à un tiers de leurs dépenses totales en soins de santé prises en charge par l’assurance maladie. Un cinquième de ces dépenses est consacré aux soins dans les centres de soins résidentiels, alors que cela ne concerne que 8,4 % des personnes âgées. Ces coûts sont étroitement liés au degré de dépendance des personnes âgées. Les facteurs suivants entraînent également des dépenses importantes :

  • Médicaments : en 2017, 90 % des plus de 65 ans se sont vu prescrire des médicaments. 
  • Soins infirmiers : 1 personne de 65 ans ou plus sur 5 et près de 1 de plus de 80 ans sur 3 ont eu recours à des soins infirmiers dans le courant de l’année 2017. Il s’agit principalement de soins à domicile pour les personnes qui présentent un certain degré de dépendance.
  • Consultations : seuls 4,7 % des 65 ans et plus n’ont pas consulté de médecin généraliste ou spécialiste en 2017. 

Améliorer la prévention pour vivre plus longtemps à la maison en toute autonomie

Comment mieux prévenir les maladies chroniques ? Les Mutualités Libres demandent que le budget de la prévention soit doublé et que la norme de croissance pour le budget de santé passe de 1,5 à 2,2 %. Nous pourrons ainsi faire augmenter le nombre d'années de vie en bonne santé. Afin de réduire les coûts des hospitalisations, il est nécessaire de mettre en place une transition plus fluide entre l'hôpital et les soins à domicile, ce qui nécessite davantage d’investissements dans les soins de suivi prodigués à l’hôpital, dans les centres de convalescence et de revalidation, et dans les soins transmuraux. 

Les personnes âgées, quant à elles, veulent continuer à vivre chez elles de façon digne et autonome le plus longtemps possible. Une enquête menée par la Fondation Roi Baudouin l’a encore démontré en 2017. Un meilleur encadrement est donc nécessaire. Les Mutualités Libres plaident pour davantage de soutien aux aidants proches ainsi que pour le renforcement de leur statut. Il faut également rendre plus attractifs le co-logement et les outils de télésurveillance.

Plus d’infos ?