Syndicate

Syndicate content

Moins de frais pour le donneur d’organe vivant

Version imprimable
21-11-2016

Lorsqu’un citoyen décide de donner un organe de son vivant, il doit supporter une partie des frais de prélèvement. La Ministre de la Santé publique souhaite alléger ce coût pour le donneur. Une nouvelle mesure sera discutée ce lundi au comité de l’assurance.

Nouvelle mesure pour le donneur vivant

La ministre de la Santé Publique a décidé de mettre en place une mesure permettant d’alléger le coût d’un don d’organe du vivant pour le donneur. Cette mesure vise à supprimer le ticket modérateur (partie à charge du patient) pour :

  • toutes les prestations durant l’année qui suit le prélèvement (période qui entraine le plus de frais).
  • les consultations, la biologie clinique, la radiologie de la fin de la 1ère année à 10 ans après le prélèvement (que ce soit lié au prélèvement ou non).

La mesure sera discutée ce lundi au comité de l’assurance.

Pour rappel, il existe deux possibilités pour faire un don d’organe : don post-mortem ou don du vivant.

Le don post-mortem

En Belgique le principe est que toute personne domiciliée en Belgique depuis 6 mois est présumée consentir à un prélèvement de ses organes après son décès, SAUF si la personne a exprimé son opposition à ce don (oralement, par écrit, enregistrement auprès de la commune).

Le don du vivant

Pour les personne de plus de 18 ans, il est aussi possible de faire un don d’organe de son vivant, On vise ici surtout le don d’un rein, d’une partie du foie, et exceptionnellement d’autres organes.

Le donneur sera d’abord informé par le médecin des conséquences physiques, psychiques, familiales et sociales qu’entrainent un prélèvement d’organe. Il devra ensuite donner son consentement de manière libre et consciente. Son consentement pourra être retiré à tout moment.

Ce prélèvement a bien entendu un coût financier pour le donneur (hospitalisation, consultations, soins, …). Pour le moment ces frais engendrés par le don du vivant sont en grande partie couverts par l’assurance soins de santé, mais une partie reste tout de même à charge du donneur d’organe.

Pour plus d’informations sur le don d’organe n’hésitez pas à vous rendre sur le site du SPF Santé publique .

MLOZ newsletter

Restez inform de notre actualit et recevez des infos sur le monde des soins de sant Abonnez-vous  notre newsletter!