Explosion du nombre de malades chroniques, hausse de la consommation de médicaments due au vieillissement, patients de plus en plus “responsabilisés” par rapport à leur santé... Le secteur des soins est en pleine (r)évolution. Il importe dès lors de réfléchir à l’organisation du système et au rôle des différents acteurs.

Prenez le pharmacien. Auparavant, son rôle était clairement défini : il préparait les traitements prescrits par le médecin et délivrait en toute sécurité les médicaments au patient. Mais en raison des évolutions sociales et technologiques, la mission du pharmacien a évolué : désormais, ce qui est attendu, c’est l’accompagnement et le suivi du patient. Mais tous les pharmaciens sont-ils prêts à relever ces nouveaux défis ? Un récente enquête du journal Le Pharmacien a livré des résultats éclairants à ce sujet: parmi toutes les évolutions possibles du métier, c’est le rôle de coach-santé qui recueille le plus de suffrages, 6 pharmaciens du 10 lui accordant une note maximale. Le temps que les pharmaciens sont prêts à consacrer à cette mission de conseils et de coaching est de… 30%. Non négligeable pour une profession qui ne se reconnaît plus dans le rôle de “dispensateur de pilules” !*

Le métier de pharmacien est donc à un point de basculement. En tant qu’experts des médicaments, ils sont bien placés pour accompagner le patient. Dans la pratique toutefois, tout ne fonctionne pas. de manière optimale et il y a encore un gouffre entre les attentes et la réalité. Les pharmaciens doivent à présent prendre leur destin en mains et développer leur rôle de prestataire de soins de première ligne, afin de ne pas être à la traîne et perdre ainsi leur position en faveur d’autres acteurs. Il s’agira également de démontrer, chiffres à l’appui, que l’investissement dans ces nouvelles missions apporte les résultats attendus en termes d’adhérence thérapeutique et d’efficience. Cette évolution n’est évidemment pas simple. Il s’agit d’un changement de mentalité qui prendra du temps et qui requiert de gros efforts individuels et collectifs dans les méthodes de travail, le développement de compétences, les adaptations organisationnelles et fonctionnelles... L’évolution vers le nouveau rôle du pharmacien ne se fera pas sans embûches et certains s’adapteront peut-être plus vite que d’autres. Mais, à long terme, l’objectif principal sera atteint : un patient mieux accompagné, et en meilleure santé.

Xavier Brenez Directeur général de l’Union Nationale des Mutualités Libres