Syndicate

Syndicate content

Médicaments: donner au patient une information objective et accessible

Version imprimable
17-01-2017

"Un médicament n’est pas un bonbon", c’est le slogan de l’AFMPS pour sensibiliser le grand public au bon usage des médicaments. Un message que partagent et soutiennent les Mutualités Libres. Voici quelques recommandations pour garantir au patient une information de qualité sur les médicaments.

L’importance d’une info de qualité

Si un médicament n’est pas pris de façon correcte, il peut devenir inefficace voire dangereux pour la santé. Ceci est aussi valable pour les médicaments en vente libre (sans prescription). En plus, les patients font souvent appel à internet pour trouver des informations sur leur santé, sans toujours pouvoir distinguer les informations fiables. Sans oublier la publicité pour les médicaments en vente libre qui peut aussi influencer leur comportement. La publicité ne peut cependant pas être considérée comme une information indépendante et complète. Il est important que les patients reçoivent une information de haute qualité, indépendante, complète, correcte et formulée de façon compréhensible pour eux. De cette façon, ils pourront faire des choix éclairés sur leur propre santé.

Rôle du pharmacien

Le pharmacien a un rôle essentiel à jouer pour garantir une prise sûre et efficace des médicaments. Il peut donner au patient des conseils sur mesure, délivrer l’information nécessaire sur le médicament et si besoin, renvoyer le patient vers son médecin. Le pharmacien questionne le patient et lui conseille ce qui est le plus adapté à sa situation, y compris les approches non-médicamenteuses. De plus, il vérifie s’il existe d’éventuelles contre-indications ou interactions avec d’autres médicaments ou l’alimentation .

Qu’en est-il de la publicité sur les médicaments ?

La publicité sur les médicaments  est  soumise à une réglementation spécifique mais n’apporte pas de plus-value au patient. Le patient n’y retrouve pas  d’informations sur la prise en charge globale de son affection, ni sur la place du médicament par rapport aux alternatives (y compris les alternatives non-médicamenteuses). Elle ne mentionne pas non plus les effets indésirables.  Par ailleurs, la publicité directe aux consommateurs n’est pas toujours cohérente avec les campagnes de sensibilisation faites auprès des patients pour prévenir l’usage non rationnel des médicaments.  Le patient doit bénéficier d’une information indépendante de haute qualité.

Recommandations Mutualités Libres

  • Le patient doit être encouragé  à un usage correct et rationnel des médicaments et ce, aussi pour les médicaments en vente libre.
  • Dans le cadre du bon usage des médicaments en vente libre, les pharmaciens ont un rôle crucial à jouer en fournissant  des conseils de qualité, et en orientant le patient vers un médecin si nécessaire. Les conseils doivent permettre au patient d’opter pour  le produit le plus adéquat pour lui, même en cas de demande d’un produit précis. Le pharmacien doit donner systématiquement les informations indispensables pour une prise correcte. Pour renforcer ce conseil, des solutions complémentaires innovantes pourraient être mises en place, comme aux Pays-Bas, avec l'initiative ‘Kijksluiter’, où la pharmacie met sur internet des informations personnalisées pour le patient.  
  • Pour certains patients qui prennent beaucoup de médicaments,  les personnes âgées par exemple,  il peut être utile que le pharmacien enregistre aussi les médicaments en délivrance libre dans le dossier pharmaceutique (qui peut être partagé avec d’autres pharmaciens et prestataires). Cet enregistrement permettrait de détecter d’éventuels problèmes et de favoriser un usage sûr. Pour cela, le patient doit bien entendu donner son consentement.
  • Les mutualités peuvent, comme d’autres acteurs, fournir aux patients des informations indépendantes, pertinentes et objectives sur la santé en général (prévention, affections, solutions possibles, etc.). Celles-ci peuvent favoriser un dialogue entre les patients et leur prestataire de soins. Les mutualités peuvent aussi jouer un rôle actif d’information et de coaching.
  • Il faut aussi soutenir les initiatives aidant le patient à accéder à des informations fiables sur sa santé et à améliorer sa capacité à comprendre et utiliser ces informations (health literacy). Ce qui l’aidera à prendre sa santé en main. 

MLOZ newsletter

Restez inform de notre actualit et recevez des infos sur le monde des soins de sant Abonnez-vous  notre newsletter!