07/11/2015

Entre 2010 et 2013, le nombre de malades chroniques a augmenté de 40.000 (1 %). Leurs dépenses en soins de santé sont passées de 67,4 % à 69,1 %. Le risque de contracter une maladie chronique augmente avec l'âge. Plus de 6 personnes sur 10 âgées de 60 à 79 ans souffrent d’une maladie chronique contre 8 personnes sur 10 pour les plus de 80 ans.

Evolution par type de maladie 

  • L'hypertension artérielle est la maladie chronique la plus importante et elle est souvent associée à d'autres maladies. Elle touche plus de 16 % de la population. En 2013, le coût des soins médicaux pour les personnes souffrant d'hypertension représentait 45 % des dépenses totales de soins remboursées par l'assurance obligatoire.
  • L'hypertension artérielle est suivie de la dépression, du diabète non insulino-dépendant, des maladies cardiaques et des MPOC dont la prévalence est la plus élevée (> 2 %). Entre 2010 et 2013, on observe principalement une augmentation de la prévalence de l'hypertension et de la dépression.
  • Les augmentations des dépenses en soins de santé les plus élevées entre 2010 et 2013 concernent les maladies suivantes : hypertension, dépression, MPOC, asthme, diabète insulino-dépendant, épilepsie, psychose et cancer chez les personnes de moins de 70 ans. 

Augmentation des dépenses moyennes  

Les dépenses moyennes en soins médicaux pour les malades chroniques sont passées de 5.243 euros en 2010 à 5.467 euros en 2013, ce qui représente une hausse de 4 % sur une période de 3 ans. Cette augmentation en flèche s'applique à toutes les maladies chroniques, à l'exception de l'insuffisance rénale, du VIH, de la maladie d'Alzheimer et du diabète non insulino-dépendant. On constate à l’inverse une diminution pour ces affections. Ce sont donc les soins apportés aux personnes suivantes qui ont coûté le plus cher à l'assurance obligatoire en 2013 : patients atteints d'une maladie rare (49.343 euros), d'une insuffisance rénale (33.156 euros), d'un trouble psychique (27.628 euros) ou d'une mucoviscidose (22.850 euros).

Vers une gestion proactive des maladies chroniques 

Les maladies chroniques pèsent déjà lourdement sur la mortalité et les dépenses de santé, et leur poids devrait encore augmenter. Une gestion proactive de ces affections est donc l'une des priorités pour l'avenir des soins de santé. Nous devons investir davantage dans la prévention, stimuler l'innovation technologique, promouvoir l'échange de données de santé entre les prestataires de soins, examiner dans quelle mesure il existe des trajets de soins plus efficaces,... 

Plus d'infos ? Découvrez tous les chiffres, conclusions et recommandations dans l’étude complète : PDF-pictogramevolution_de_la_prevalence_et_du_cout_des_maladies_chroniques_15.pdf