29/09/2017
Comment les mutualités au Bénin et au Togo peuvent-elles mieux utiliser leurs données et inciter leurs membres à rester affiliés ?

Les Mutualités Libres ont analysé ces deux questions dans une étude approfondie. Une analyse qui a retenu l’attention de l’UCL, qui va s’en servir pour un cours de statistiques. 

Un contexte passionnant

Ce sont des étudiants en première année d’économie et de gestion d’une part, et de communication, sociologie et sciences politiques d’autre part, qui se pencheront sur l’étude des Mutualités Libres. « Les statistiques sont tout sauf leur matière préférée, une raison de plus pour utiliser cette étude. Le contexte passionnant des mutuelles au Togo et au Bénin leur permet de voir comment les statistiques peuvent contribuer à des soins de santé accessibles pour la population africaine » explique le professeur Marie-Paule Kestemont de l’UCL. « Je vais illustrer certains principes de base à l’aide de votre étude. Pensez par exemple au danger de l’interprétation. »

« Réfléchir sur le rôle des mutualités »

Les Mutualités Libres sont également enthousiastes à l’idée de cette collaboration avec l’UCL. « Utiliser cette étude permettra aux étudiants de réfléchir sur le rôle des mutualités dans le système de santé, tant en Afrique que dans notre pays. De plus, cette collaboration pourra déboucher sur de nouveaux projets pour soutenir les mutuelles africaines » explique Christian Horemans, expert Affaires internationales. « Nous réfléchissons également à d’autres possibilités de projets sur la base de l’étude, comme un stage ou une thèse. »

A lire aussi