03/02/2016

L'hiver s’est fait attendre, mais pendant les vacances de Carnaval, les Belges seront nombreux à chausser leurs skis. Malheureusement, pour beaucoup d'entre eux, les plaisirs de la glisse seront de courte durée. 38% des accidents de ski surviennent en effet les premiers jours de vacances. Et si un rapatriement s'avère nécessaire, il se déroule de plus en plus souvent en ambulance-taxi plutôt qu’en avion.

Bruxelles, le 3 février 2016 - En 2015, 38% des accidents de ski ont eu lieu les premiers jours des vacances de Carnaval, de quoi gâcher des vacances bien méritées. Ce chiffre n'a fait qu'augmenter ces dernières années, comme le constate Mediphone Assist, la centrale d’assistance des Mutualités Libres. Mais pourquoi les sports d'hiver de tant de nos compatriotes se terminent-ils si brutalement ?

Mauvaise préparation et témérité

Un skieur bien préparé en vaut deux. Les vacanciers qui ne se préparent pas physiquement pour des heures de glisse ont en effet 75 % de risques en plus d'avoir un accident et de se blesser. Pendant que vous skiez, vous sollicitez des muscles et articulations différemment que dans votre vie quotidienne. C'est pourquoi il est recommandé de pratiquer des exercices physiques réguliers deux mois avant de chausser ses skis.
La témérité peut aussi avoir des conséquences tragiques. Choisir une piste non adaptée à ses capacités fait courir au skieur un plus grand risque d'accident. « De plus, ceux qui s'aventurent en dehors des pistes ne seront pas couverts par la plupart des compagnies d'assurance, prévient Christian Horemans, expert Affaires internationales aux Mutualités Libres. Ils devront payer les frais de sauvetage et de rapatriement, ainsi que les frais médicaux. »

L'ambulance-taxi, rapide et pratique

Un rapatriement en avion n'est pas toujours aussi pratique et rapide qu'on le pense. De nombreux domaines de ski se trouvent en effet loin d'un aéroport. Bien souvent, les compagnies low cost et les petits aéroports ne peuvent pas garantir les soins médicaux. A cela, il faut encore ajouter que de nombreuses compagnies ne volent pas directement vers un aéroport belge et qu'il faut alors prévoir un transport en ambulance depuis les Pays-Bas ou l'Allemagne.
Les skieurs malchanceux sont par conséquent de plus en plus souvent rapatriés à bord d'une ambulance-taxi. Ils disposent ainsi de plus de place et peuvent voyager avec les jambes allongées. « 75% des rapatriements se font aujourd’hui en ambulance-taxi, explique Christian Horemans. Celle-ci reconduit le patient chez lui ou à l'hôpital, sans temps d'attente ou changements de correspondance. Au final, le rapatriement en avion est à peine plus rapide ! »  

Que faire en cas d'accident de ski ?
« Appelez le plus vite possible la centrale d'assistance de votre mutualité », conseille Christian Horemans. « Le numéro de téléphone figure au verso de votre Carte européenne d'assurance maladie (CEAM). L'équipe médicale de la centrale conviendra des mesures à prendre avec le médecin sur place afin d'essayer de garantir la meilleure approche médicale. »

 

Contact presse : Karima Amrous

Email : karima.amrous@mloz.be - Tél : 02 778 94 33 ou 0474 32 14 46